Lire Cet Article Sur La Reserve D'argent

Lire Cet Article Sur La Reserve D'argent

pour une interdiction du credit renouvelablePour un changement profond du prêt à la consommation en France

Pas facile d'imaginer qu'un jour, nos sociétés occidentales seraient en mesure de s'émanciper totalement du système de crédit actuel. Et c'est compréhensible, vu qu'aucune autre solution fiable et durable ne puisse être en mesure de prendre la relève à l'ensemble de la société. Contester les vertus du crédit revient à s'en prendre à ce qui a permis la réussite de nos industries, de nos politiques sociales ou encore, ce qui a permis à de nombreux ménages de devenir propriétaires de leur maison ou appartement. Bien que l'enjeu ne soit pas de contester le principe même de l'endettement, la prolifération du crédit renouvelable et ses conséquences mortifères sur les ménages est en revanche un phénomène beaucoup plus problématique.

Dissocier le bon crédit du mauvais

Que ce soit pour de l'immobilier ou pour de l'entrepreneuriat, certains projets ne peuvent voir le jour sans le recours à un prêt. Le prêt personnel est également très demandé quand il faut financer une auto, des rénovations ou une formation supérieure. Lorsqu'il est utilisé à des objectifs utiles et durables, le fondement même du crédit n'est pas à blâmer. Si le projet de l'emprunteur est sérieux et qu'il apporte en plus les justificatifs demandés pour convaincre la banque, il ne devrait pas avoir trop d'inconvénients à obtenir son prêt. Un système est pourtant la cible des associations de lutte contre le sur-endettement : les prêts à la consommation renouvelables. En premier lieu à cause de leurs taux d'intérêt excessivement élevés, mais aussi à cause de leurs conditions de remboursement (réserve d'argent qui se reconstitue au fil des mensualités) qui a pour conséquence de créer un engrenage et qui conduit au sur-endettement. Les clients en font généralement usage pour des achats en magasin avec une carte de crédit fournie, ou alors pour se constituer une réserve à utiliser en cas d'urgence. En sa possession, son utilisateur peut être poussé à faire des achats non réfléchis à cause de cette réserve qui peut donner l'illusion d'avoir toujours de l'argent. Dans le cas où aucune initiative visant à limiter sérieusement les taux, ou même une suppression nette de cette pratique n'est exprimée, alors le sur-endettement a encore de beaux jours devant lui en France.

Cette mesure devrait pousser les prêteurs à mener une réflexion sur de nouvelles formes de crédit moins addictives.

Et si les banques fermaient l'accès au crédit, quelles conséquences ?

Si le prêt renouvelable est amené à disparaître, il est probable que ce soient les grands magasins et les e-commerçants qui en souffriraient les premiers. Cela se comprend puisque beaucoup de consommateurs payent leurs achats d'équipement avec une réserve d'argent. Le problème est que les établissements de crédit pourraient ne pas vouloir proposer d'autres alternatives, en remplaçant par exemple la réserve d'argent par un prêt personnel de moindre montant.
Si cela se produit, il faudra rapidement favoriser d'autres canaux de financements.

En premier lieu, une impulsion doit être initiée pour donner naissance à une société de prêt intrinsèquement affiliée aux acteurs de la grande distribution. Le but à terme serait de proposer un crédit réservé aux achats et dont le taux serait indexé sur celui du prêt personnel du marché (mais plafonné). La gestion pourrait être attribuée à une agence semi-publique ou alors déléguée à une société externe et les administrateurs auraient un large pouvoir de décision. Si les grandes surfaces et les syndicats de commerçants acceptent de participer à ce projet de micro-prêt personnel, un client pourra alors réclamer une carte de crédit dédiée pour payer ses achats (seulement si son dossier de financement ait été approuvé par l'établissement). S'ils se mutualisent, les commerçants seraient gagnants (à terme) et les acheteurs pourront faire des économies d'intérêts.

La deuxième solution consisterait à financer les sites de prêt entre particuliers déjà en place, voire de mettre en place une plateforme publique qui ferait office d'intermédiaire de confiance. De cette façon, les personnes voulant prêter financeraient les achats des acheteurs et ceux-là devront rembourser les sommes comme avec une banque. Si techniquement parlant, il n'est pas très compliqué de mettre en place un tel projet, le défi premier serait de faire en sorte que les prêteurs s'inscrivent en masse et rapidement pour relancer le marché du crédit.


La dernière initiative consiste à convaincre la Banque Centrale Européenne de financer directement des organismes de crédit appartenant à l'État français. L'aspect positif d'une telle initiative, c'est que les capitaux investis seraient bénéfiques dans l'économie de tous les jours au lieu d'alimenter la spéculation Lire cet article sur le credit renouvelable les marchés financiers.
طراحی سایتطراحی وب سایتسئوسئو سایتبهینه سازی سایتسرور مجازیوکیل دادگستریوکیل پایه یکوکیل پایه یک دادگستریوکیل دادگستریوکیل پایه یکوکیل پایه یک دادگستریبهترین وکیلوکالتوکیل دادگستریدوره mba